Les meilleures tarifs de la mutuelle santé sur Empruntis
  1. Accueil
  2. Aides sociales

Les différents types d'aides sociales disponibles en 2024

ExcellentNote trustpilot 4.8 sur 5 basé sur 12548 avis

Les aides sociales en quelques mots :

Aides à l’emploi, à l’insertion professionnelle, au logement, d’accession à la propriété ou pour la rénovation énergétique … Il peut être difficile de s’y retrouver dans la galaxie des aides sociales disponibles !

Peut-être avez-vous droit à une ou plusieurs de ces prestations, sans le savoir ?

Pour bénéficier de la bonne aide sociale au bon moment, selon votre projet, votre besoin et votre profil, vous avez besoin d’une info claire et précise. Empruntis vous éclaire en vous offrant un guide complet sur le sujet.

1

Un guide completBénéficiez d’une information claire et précise sur les aides sociales disponibles.

2

100 % pratique et utileTrouvez facilement les aides qui vous concernent.

3

Et des conseils !Pour vous accompagner dans vos démarches et vos recherches.

Aides sociales

Les aides sociales sont particulièrement nombreuses en France et visent à venir en aide aux ménages les plus modestes, aux personnes au chômage ou encore à participer à la formation des générations futures. Elles peuvent prendre des formes directes (primes, subventions) ou indirectes (réductions sur le transport, exonérations fiscales). Parmi plus de 200 mécanismes de redistribution, on retrouve notamment pour les plus importantes :

  • les aides à la famille (allocations familiales, Paje, ARS…) ;
  • les aides au logement (APL, prêts aidés…) ;
  • les aides en période d’inactivité et les aides pour le retour à l’emploi (allocations chômage, RSA, ACRE, prime d’activité…) ;
  • les aides à la santé et au handicap (CSS, ACS, ASI…) ;
  • les aides à l’éducation (bourses, primes de rentrée scolaire…) ;
  • les aides à la vie pratique (réductions sur le transport, sur les loisirs, sur la restauration scolaire…).

Sommaire

Aides sociales

Que faut-il savoir sur les aides sociales disponibles en France ?

La France fait partie des pays où la redistribution de richesses est importante. Le but est de venir en aide aux plus démunis, aux personnes confrontées à des difficultés (maladie, handicap) ou de participer à la formation des générations futures. Les dispositifs se sont ainsi multipliés au fil des années, entraînant parfois une difficulté d’accès aux aides, compte tenu notamment des multiples intervenants (Etat, collectivités locales, organismes sociaux publics et privés) ainsi que des frais de fonctionnement élevés.

Les systèmes de redistribution concernent aussi bien des cas très spécifiques et locaux, tels que le soutien financier à la restauration scolaire ou l'attribution de bourses d'études, que des cas qui concernent la société entière, comme l’enseignement public.

Les dispositifs d’aide prennent la forme de soutiens directs (prime de Noël, prime de rentrée scolaire par exemple), implicites (tarifs réduits des transports ou exonérations fiscales) ou totalement indirects (pourcentage de logements sociaux dans un immeuble neuf privé). Il existe ainsi plus de 200 mécanismes de solidarité obligatoire prenant diverses formes.

Les aides sociales en France prennent plusieurs formes en fonction des besoins des personnes concernées :

Voici un tour d’horizon des principales aides sociales disponibles pour améliorer votre qualité de vie.

Quelles sont les aides sociales destinées aux familles ?

Pour accompagner les familles dans leurs diverses dépenses, plusieurs aides sont prévues pour pourvoir aux besoins et à l’éducation des enfants.

Les allocations familiales

Les allocations familiales prennent la forme d’une aide directe versée mensuellement par la caisse d’allocations familiales (CAF) ou la mutuelle sociale agricole (MSA) aux familles avec au moins deux enfants. Leur montant varie en fonction de la composition du foyer, la somme totale augmentant pour chaque enfant supplémentaire. Les allocations familiales sont revalorisées chaque année en fonction de l’inflation (hors tabac).

En 2023, les montants d’allocations familiales versés sont les suivants :

Une majoration complémentaire d’un montant de 70,26 € est versée aux familles pour chaque enfant de plus de 14 ans (sauf dans le cas où le foyer ne compte que deux enfants, l'aîné n’y étant alors pas éligible). Les allocations familiales sont versées jusqu’à ce que le foyer ne comporte plus qu’un enfant de moins de 20 ans à charge.

Les foyers déjà allocataires de la CAF bénéficient automatiquement des allocations familiales à la naissance du deuxième enfant. Une déclaration par courrier ou par email est cependant nécessaire. Les foyers non-allocataires pour leur part doivent constituer un dossier.

La Paje : prestation d’accueil du jeune enfant

La prestation d’accueil du jeune enfant est une aide versée mensuellement par la CAF pour prendre en charge une partie des dépenses d’entretien et d’éducation des enfants dans leurs premières années de vie. Elle peut ainsi être sollicitée dès le mois suivant la naissance de l’enfant et ce jusqu’à ses 3 ans.

La Paje peut prendre différentes formes pour lesquelles certaines d’entre elles dépendent des conditions de ressources :

La Paje est cumulable avec le versement des allocations familiales.

L’ARS : l’allocation de rentrée scolaire

L’Allocation de Rentrée Scolaire est une aide là encore versée par la CAF pour accompagner les familles avec des enfants de 6 à 18 ans, disposant de revenus modestes, dans le financement de leurs études. Elle est accordée une fois par an, au mois d’août, pour aider les familles éligibles à prendre en charge les frais de rentrée scolaire. Son attribution et son montant dépendent des ressources et de la composition du foyer.

Pour la rentrée 2022, ses montants s’élevaient à :

L’ASF : l’allocation de soutien familial

L’allocation de soutien familial est destinée à apporter un soutien financier aux parents isolés. Elle peut être sollicitée par une famille monoparentale ou par un couple qui a recueilli un enfant. Son montant, versé mensuellement par la CAF, s’élevait en 2022 à 184,41 € par enfant pour une famille monoparentale et 245,80 € pour un enfant recueilli et privé de l’aide de ses deux parents.

Ce type de population peut également bénéficier d’autres prestations d’aide à la famille telles que la Paje, l’aide à la garde d’enfants pour parents isolés (Agepi) ou encore le coup de pouce fiscal pour les enfants rattachés au foyer.

Les aides sociales à l’emploi : ce qu’il faut savoir

Les aides sociales à l’emploi sont multiples et concernent aussi bien le soutien pendant les périodes d’inactivité que les aides à la création d’emploi ou encore un soutien financier pour les dépenses liées au travail.

Les aides en période d’inactivité

La principale aide versée en période de chômage involontaire pour permettre à un demandeur d’emploi d’effectuer sa recherche d’emploi sereinement est l’aide au retour à l’emploi (ARE) anciennement appelée allocation chômage. Son montant est variable en fonction du salaire de référence précédent du demandeur d’emploi. Le montant minimum journalier est fixé à 30,42 € et ne peut dépasser 75 % du salaire de référence.

Des aides ponctuelles complémentaires étaient autrefois attribuées aux jeunes diplômés du secondaire à la recherche d’un premier emploi (Arpe) ainsi qu’aux chômeurs de longue durée suivant une formation dans un débouché porteur (prime Pôle emploi de 1 000 euros). Ces deux dispositifs ont pris fin respectivement en 2019 et en 2021.

La loi prévoit cependant des aides pour les chômeurs en fin de droit afin que ceux-ci disposent d’un minimum pour subvenir à leurs besoins même pendant cette période délicate. C’est le cas de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), à condition d’avoir travaillé 5 ans au cours des 10 dernières années, ainsi que du revenu de solidarité active (RSA), pour les chômeurs de plus de 25 ans n’étant plus indemnisés. Un RSA jeune existe également pour les chômeurs de plus de 18 ans. La prime de Noël peut également être versée une fois par an aux bénéficiaires de ces minimas sociaux.

Les aides pour le retour à l’emploi

Différents dispositifs sont prévus pour les personnes souhaitant créer leur entreprise. On peut citer notamment l’aide à la création ou à la reprise d’entreprise (ACRE), le crédit d’impôt recherche (CIR) ou l’aide jeune entreprise innovante (JEI). Les créateurs d’entreprise peuvent en outre bénéficier d'exonérations fiscales ou de charges sociales en début d’activité ou du maintien des allocations chômage en parallèle de la création de leur entreprise.

L’aide personnalisée pour le retour à l’emploi (Apre) est également disponible pour les bénéficiaires du RSA envisageant de créer ou de reprendre une entreprise.

Pour les demandeurs d’emploi cherchant une activité salariée, ceux-ci peuvent également bénéficier d'une prise en charge des frais de transport pour se rendre à un entretien.

Des aides sont également prévues au moment de la reprise d’emploi ou le suivi d’une formation comme notamment la participation aux frais de repas ou d’hébergement pendant la période transitoire. Une aide à la garde d’enfants pour parents isolés peut également être perçue pendant cette période.

Quelles sont les aides à la santé proposées en France ?

Les aides sociales à la santé sont au nombre de 4 :

Les prestations sociales pour le logement

Les aides au logement sont également particulièrement nombreuses. Elles comprennent notamment :

Les aides sociales destinées à la vie pratique 

Des aides sociales sont également disponibles pour prendre en charge une partie des dépenses de la vie de tous les jours. Elles se réfèrent notamment au transport, aux loisirs, au financement d’études ou encore à la restauration :

Écrit par Franck Neuenschwander

18 janvier 2024 -  11 min. de lecture