Rachat de credit

Comparez gratuitement les offres et réduisez vos mensualités !

  1. Accueil
  2. Rachat de credit
  3. Actualités
  4. Tarifs bancaires : les ménages les plus fragiles toujours en difficulté

Tarifs bancaires : les ménages les plus fragiles toujours en difficulté

Tarifs bancaires : les ménages les plus fragiles toujours en difficulté

Rédigé par Empruntis le 27/11/2019

Les ménages les plus en difficulté, ceux qui on souscrit plusieurs emprunts et sont régulièrement à découvert, sont les plus fragilisés par les frais d’incidents bancaires. Le constat est partagé par  l’Observatoire des tarifs bancaires et le Secours Catholique entre autres. Il existe pourtant des leviers pour ne pas subir ce cercle vicieux, de l’offre bancaire dédiée aux ménages modestes au rachat de crédit.

 Le phénomène de l’exclusion bancaire

La lutte contre l’exclusion bancaire ne date pas d’hier. Dès 1984, un droit au compte est instauré pour permettre à chacun d'accéder a minima aux opérations de caisse (versements, retraits de fonds), même en ayant des problèmes d'argent. Il est ouvert aux plus démunis en 1988, interdits bancaires inclus. Son absence est en effet un facteur de marginalisation pour les personnes les plus en difficulté, qui peuvent saisir la Banque de France dès le premier refus d’ouverture de compte pour que cette dernière désigne un établissement qui ne pourra pas les recaler cette fois-ci.

Depuis 2008, la Banque Postale a une mission d’accessibilité bancaire qui lui impose de proposer des produits et services à tous les publics, notamment le Livret A. Puis en 2014, les banques sont sommées de disposer d’une offre spécifique à la clientèle fragile, afin de limiter les frais en cas d’incident de paiement. Elle concerne principalement les personnes en procédure de traitement de surendettement ou inscrites au Fichier central des chèques (FCC) pendant trois mois consécutifs.

 Trop peu de bénéficiaires du plafonnement

Les 375 000 ménages ayant souscrit cette offre spécifique bénéficient depuis février dernier du plafonnement global de frais d’incidents. La limite : 25€ par mois. Néanmoins, l’Observatoire des tarifs bancaires note que les populations les plus fragiles demeurent les plus impactées par ces frais, partageant le constat de l’Unaf et 60 millions de consommateurs. Car la mesure devrait bénéficier à 3,6 millions de personnes selon l’Élysée, ce qui est loin d’être le cas, comme le dénonce aussi le Secours Catholique, aux premières loges pour en mesurer les conséquences.

L’offre spécifique à la clientèle fragile est aussi accessible aux ménages modestes selon l’appréciation du banquier. Certains foyers ayant trop de dettes ne sont pas en situation de surendettement, mais pourraient basculer du mauvais côté à cause de frais bancaires démesurés par rapport à leurs moyens. Ces familles, qui cumulent plusieurs crédits, disposent d’un reste à vivre limité et craignent le découvert bancaire chaque fin de mois. Pour ne pas perdre la maîtrise de leur budget, elles peuvent prendre les devants avec un rachat de crédit.

 Regrouper ses prêts consiste à les réunir dans un contrat unique, qui se traduit par une seule mensualité dont il est possible de réduire le montant, tout en allongeant la durée de remboursement. Grâce au rachat de crédit, il est ainsi possible de rembourser moins chaque mois et donc de retrouver de l’oxygène et un taux d'endettement plus acceptable. Et cela n’empêche pas de sonder son banquier pour profiter de l’offre dédiée aux clients les plus en difficulté afin de ne pas avoir à subir des frais bancaires indécents.

Bénéficiez de notre expertise en regroupement de crédit,
c'est sans engagement !

Autres actualités

Guide rachat de crédit

Pour vous aider