Rachat de credit

Comparez gratuitement les offres et réduisez vos mensualités !

  1. Accueil
  2. Rachat de credit
  3. Actualités
  4. APL : ce qui change en 2019

APL : ce qui change en 2019

APL : ce qui change en 2019

Rédigé par Empruntis le 11/01/2019

Annoncée dès le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, la baisse des APL a pris effet en 2018 et a permis une économie de 800 millions d’euros au gouvernement. Le président de l’Union Sociale de l’habitat (USH), Jean-Louis Dumont, dénonce cette décision en affirmant que « la baisse des APL, dans un pays qui connaît une précarisation croissante, était une erreur ». A cela s’ajoute la loi de finances pour 2019, en cours de vote, qui prévoit un nouveau mode de calcul qui permettrait de réajuster les APL en fonction des revenus du bénéficiaire en temps réel. Qu'implique cette réforme ?

APL : changement dans la méthode de calcul

Malgré le contexte de protestation sociale, les réactions de rejet de l’USH ainsi que celle du ministre chargé de la ville et du logement Julien Denormandie, la baisse de 5€ opérée sur le montant des APL en 2018 est toujours maintenue. L’aide au logement sera, certes, revalorisée de 0,3% par an en octobre 2019 et en octobre 2020, mais elle reste inférieure à l’inflation qui, elle, atteint les 2%. Afin que la baisse des APL puisse préserver le « reste à vivre » des bénéficiaires, le gouvernement a imposé aux bailleurs sociaux de baisser leurs loyers afin de compenser le manque impliqué.

Hormis la diminution des aides au logement, l’Etat souhaite mettre en place dès l’an prochain un nouveau système de calcul des aides. En effet, l’APL sera réajusté tous les trimestres en fonction des revenus du bénéficiaire et ne repose plus sur les ressources des 2 années précédentes. Selon le ministère du Logement, cette réforme devrait permettre de réaliser une économie budgétaire atteignant les 1,2 milliard d’euros en 2019. Cette réforme est rendue possible grâce au prélèvement à la source. En effet, ce système permet à la caisse d’allocations familiales de connaître le revenu du bénéficiaire en temps réel et d’ajuster ainsi le calcul des APL.

Les jeunes actifs seraient les premiers impactés

Le nouveau mode de calcul pénalise fortement les apprentis et jeunes travailleurs puisque ceux-ci n’auront plus droit à l’allocation maximale. En effet, les ressources enregistrées 2 années précédant la demande sont généralement nulles ou très faibles réduisant ainsi leurs droits.

Ces différentes mesures cumulées peuvent déstabiliser le budget des ménages Français les plus modestes. Une solution existe néanmoins pour permettre de se dégager plus de « reste à vivre » dans le cas où plusieurs prêts sont contractés. En effet, le rachat de crédit est une solution de désengorgement du budget. En réduisant les mensualités de crédit par le biais d’un regroupement et en allongeant la durée, il est possible d’augmenter le « reste à vivre ». Cela permet même de demander une trésorerie complémentaire une trésorerie dans certains cas, par exemple dans le cadre du financement d’un projet. Pour le vérifier un outil de simulation de rachat de crédit est mis à disposition. En renseignant les informations demandées, l’outil renseigne sur la faisabilité du rachat avec trésorerie.

 

Bénéficiez de notre expertise en regroupement de crédit,
c'est sans engagement !

Autres actualités

Guide rachat de crédit

Pour vous aider