Pret immobilier

Comparez gratuitement les taux immo

  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Actualités
  4. Prêt à taux zéro : les premiers résultats 2016

Prêt à taux zéro : les premiers résultats 2016

Rédigé par Empruntis le 11/04/2016

Prêt à taux zéro : les premiers résultats 2016

Le Prêt à taux zéro a été largement modifié au 1er janvier 2016 et il a des effets très positifs :

- plus de ménages éligibles grâce au plafond de ressources plus élevé,
- plus de prêt sans intérêt car son montant maximum est augmenté et sa part dans le financement également,
- plus de biens éligibles grâce à l’ouverture du PTZ dans l’ancien à tout le territoire,
- plus de souplesse grâce à un différé d’amortissement pour tous.

Son accès dépend de la composition et des revenus de votre foyer, du bien acheté et de sa localisation.

Il faut savoir que bénéficier d’un prêt sans intérêt est un atout fort dans votre projet. Plus l’enveloppe est importante, plus le coût global du crédit va être réduit et donc vos mensualités également.

 

Plus de bénéficiaires et plus de PTZ au 1er trimestre 2016

Le constat est sans appel : les primo-accédants qui ont attendu le 1er janvier ont eu raison et ceux qui ont remis en route leur projet également !

Le montant moyen de PTZ perçu au 1er trimestre est en hausse de 66% à près de 68 000 €. Avec des écarts importants en fonction de la nature du projet :

- Dans le neuf (construction individuelle et promotion immobilière), plus de 7 acquéreurs sur 10 ont bénéficié d’un prêt à taux zéro pour un montant moyen de presque 75 000 € ! En 2015, ils étaient un sur 2 à en profiter.

- Dans l’ancien, les bénéficiaires sont moins nombreux mais en progression par rapport à 2015 : 8% des acquéreurs dans l’ancien, achetant leur premier logement, bénéficient d’un PTZ pour un montant moyen de 41 571 €.

Le PTZ dans l’ancien : un impact variable en fonction des zones géographiques.

Si la part de bénéficiaires de PTZ dans l’ancien reste faible comparée au neuf, c’est que les conditions d’accès sont plus contraignantes. Il faut rappeler que l’emprunteur doit réaliser des travaux pour 25% du coût de l'opération. Les jeunes primo-accédants peuvent être freinés car cela implique des difficultés supplémentaires : rester en location le temps des travaux, trouver un professionnel de confiance…

Pourtant il présente un intérêt important dans les zones où les prix de l’immobilier sont plus raisonnables : en effet, pour un bien à 100 000 €, le montant des travaux est de 33 000 € alors que pour un bien de 150 000 €, le montant des travaux devra être de 50 000 €.

Profitez de notre expertise au meilleur taux, c'est facile et gratuit !

à partir de 0,56%* sur 15 ans

Autres actualités

Guide du crédit

Pour vous aider