Pret immobilier

Comparez gratuitement les taux immo

  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Actualités
  4. Interview : Empruntis parle immobilier sur France 5

Interview : Empruntis parle immobilier sur France 5

Rédigé par Empruntis le 03/02/2014

Interview : Empruntis parle immobilier sur France 5

Taux bas et prix en baisse... que vaut-il mieux faire : acheter ou attendre ? Invitée jeudi dernier dans l’émission « C à vous » d’Anne-Sophie Lapix, notre porte-parole Maël Bernier a donné quelques éléments de réponse à Patrick Cohen : 

Patrick Cohen : Est-ce que ça vaut le coup d’acheter maintenant un logement dont on sait qu’il va perdre de la valeur dans les prochaines années ?

Maël Bernier : Ca dépend où on achète.  Si vous êtes finançable et que souhaitez acheter ce que j’appellerais «  un bien de grande consommation immobilière », situé dans une ville dynamique
avec trois ou quatre pièces, où on n’attend pas une forte baisse, votre seul risque c’est que les taux augmentent un peu. Or il est prévu qu'ils augmentent sur l’année 2014, votre capacité d’achat sera donc  moindre qu’actuellement.

En revanche, si vous envisagez d’acheter dans une zone un petit peu plus excentrée où les prix sont déjà fortement en baisse et où il y a moins de demandes, cela vaut effectivement peut-être le coup d’attendre cette baisse annoncée des prix de l’immobilier.

Patrick Cohen : Vous êtes sûre de la remontée des taux ?

Maël Bernier : Aujourd’hui nous sommes autour de 3.50% pour un taux moyen sur 20 ans. Nous étions autour de 3.20% au mois de mai dernier, donc nous avons déjà un petit peu remonté, mais pour l’instant ils restent stables. Ce qui est vrai, c’est que tous les indicateurs, toutes les banques avec lesquelles nous  travaillons prévoient une hausse vers la fin du premier semestre ou le début du deuxième semestre 2014.

Patrick Cohen :  Vous portez la parole de la société de courtage Empruntis donc vous êtes directement en contact avec les clients à l’achat. Qu’est-ce que vous leur conseillez ? Qu’est-ce qu’ils vous disent, quels sont la teneur des échanges et le climat du moment sur le marché immobilier ?

Maël Bernier : Il y a une forte angoisse, notamment sur la fiscalité sur laquelle il y a eu beaucoup d’annonces.  Cela engendre une vraie peur de l’avenir : quand vous êtes installé dans une vie professionnelle depuis un ou deux ans, s’engager en se disant qu’il y aura peut-être une nouvelle taxe qui va arriver sur la propriété ça vous fait peur.

Ceux qui souffrent principalement sont les jeunes primo-accédants car il n’y a plus d’aide à l’acquisition dans l’ancien. Avant il y avait le Prêt à Taux Zéro qui était un super coup de pouce mais aujourd’hui il n’existe plus.

Pour vous donner un chiffre, si on compare les taux de 2013 par rapport à ceux de 2012, 20% des gens ont été resolvabilisés. Cela veut dire qu’ils auraient pu acheter mais qu’ils ne l’ont pas fait tout simplement parce qu’ils avaient peur. Les banques les auraient  financés, ils entraient dans les critères d’endettement mais,  ils ne sont pas revenus sur le marché. S’ils l’avaient fait on aurait eu une année 2013 avec plus de 700 000 transactions mais ça n’a pas été le cas.

Patrick Cohen :  Quels sont les critères pour l’apport personnel ? Quel est le pourcentage de la valeur du bien nécessaire?

Maël Bernier : Je vais être très cash : il faut absolument 10% d’apport pour financer les frais de notaire. Dans de rares cas vous allez pouvoir être financé à 110%, c’est-à-dire frais de notaire compris mais cela n’arrive que très rarement.  Donc 10% c’est le minimum, 20% c’est bien : on voit bien que pour des jeunes qui n’ont pas beaucoup d’épargne c’est compliqué !

 

Profitez de notre expertise au meilleur taux, c'est facile et gratuit !

à partir de 0,56%* sur 15 ans

Autres actualités

Guide du crédit

Pour vous aider