Crédit immobilier : quel est votre projet ?

  1. Accueil
  2. Prêt immobilier
  3. Actualités
  4. Crise immobilier neuf et mesures pour l'éviter

Immobilier neuf : la FFB espère des mesures fortes pour endiguer la crise immobilière !

Crise immobilier neuf et mesures pour l'éviter
Immobilier neuf : la FFB espère des mesures fortes pour endiguer la crise immobilière !

L’immobilier neuf n’échappe pas à la crise du logement, c’est le constat tiré par la Rédaction d’Empruntis présente à la conférence de presse de la FFB (Fédération française du bâtiment) qui s’est tenue ce mercredi 13 septembre. Olivier Salleron, président de la FFB, y a présenté les chiffres en cette rentrée 2023 ainsi que ses prévisions pour les deux années à venir « si rien n’est fait dans le projet de loi de finances 2024 ». L’organisme, qui avait déjà présenté ses propositions au CNR Logement, maintient la nécessité d’élargir le PTZ, propose toujours le retour du Pinel de 2022 et encourage fortement le maintien de la TVA réduite à 10 %.

Meilleur taux immobilier

3,30%sur 15 ans(1) Simuler mon taux

Meilleur taux immobilier

3,45%sur 20 ans(1) Simuler mon taux

Meilleur taux immobilier

3,55%sur 25 ans(1) Simuler mon taux

Taux Empruntis relevés le 19/07/2024

Des prévisions plus pessimistes

Si les chiffres communiqués lors de la précédente conférence étaient pessimistes, ils le sont davantage aujourd’hui. En effet, la crise s’accentue sur le logement neuf. Les mises en chantier baissent de 15 % en glissement annuel sur 7 mois à fin juillet 2023. Et cela n’est pas près de s’arranger puisque les permis de construire chutent environ de 30 % selon la FFB.

📸

Le président de la FFB, Olivier Salleron, conférence de presse « Logement neuf : touché, coulé ! » du mercredi 13 septembre 2023 (©Hiba Khayati)

 

En rythme annuel et sur les 7 premiers mois de l’année 2023, on compte 303 000 mises en chantier, pas loin des plus bas historiques enregistrés en 1992 et 1993 avec 275 000 au compteur.

Deux secteurs connaissent néanmoins une hausse de leur activité :

Les conséquences sur l’emploi commencent à se faire ressentir. Si le bâtiment crée toujours de l’emploi avec une hausse de 2 600 postes par rapport au même semestre en 2022, cette hausse cache une baisse des postes salariés au profit de la hausse de l’intérim. Cela s’explique par le fait que les entrepreneurs sont de plus en plus prudents face au contexte actuel.

Si rien n’est fait, la FFB prévoit une baisse de 8 % de l’activité du bâtiment, ce qui représente un déficit de 14 milliards d’euros. Ainsi qu’une suppression de 150 000 postes (salariés et intérimaires ETP confondus), soit 15 000 pertes d’emploi supplémentaires par rapport aux prévisions de la FFB lors de leur dernière conférence de presse trimestrielle.

📸

Prospective 2025 : l’activité du bâtiment pourrait reculer de 14 milliards d’euros (hors effet prix) et entraîner la suppression de 150 000 postes (salariés et intérimaires ETP confondus).

 

Les mesures de la FFB pour sortir de la crise

La FFB maintien ses positions sur les mesures qui pourraient débloquer la situation de l’immobilier neuf. Pour rappel, l’organisme préconisait le redéploiement du PTZ à 40 % sur l’ensemble du territoire. Olivier Salleron rappelle aujourd’hui que 7 % du territoire uniquement est éligible au PTZ. Un chiffre beaucoup trop faible par rapport à la demande.

La FFB insiste sur la nécessité de conserver le Pinel, tel qu’il était en vigueur en 2022, en attendant la mise en place du statut du bailleur privé. Le but de cette mesure : se prémunir d’un effondrement de l’offre locative.

Olivier Salleron rappelle également la nécessité de maintenir la TVA réduite à 10 % pour éviter un retour du travail non déclaré.

Le président de la FFB s’inquiète également de l’installation de chaudières à gaz à très haute performance énergétique au taux de 20 % car il n’existe, pour l’heure, aucune alternative dans le collectif ou en zone rurale.

Pour finir, la FFB espère une mise en œuvre rapide de MaPrimeAdapt’ ainsi qu’une répartition équilibrée du budget MaPrimeRénov’, qui doit être augmenté d’environ 2 milliards d’euros en 2024.

Profitez de notre expertise au meilleur taux !

à partir de 3,30% sur 15 ans(1)

Autres actualités

Guide du crédit

Pour vous aider