Pret immobilier

Comparez gratuitement les taux immo

  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Actualités
  4. Île-de-France : les ventes repartent à la hausse au troisième trimestre 2009

Île-de-France : les ventes repartent à la hausse au troisième trimestre 2009

Rédigé par Empruntis le 27/11/2009

Île-de-France : les ventes repartent à la hausse au troisième trimestre 2009
43 750, c’est le nombre de ventes de biens immobiliers enregistrées en région parisienne au troisième trimestre 2009. Selon les derniers résultats communiqués par la Chambre des notaires de Paris et d’Île-de-France, ce résultat marque une hausse de 4% par rapport à 2008 à la période correspondante. Il s’agit « indiscutablement d’une rupture » après les dégringolades de 24% et 42% des premier et deuxième trimestres 2009. Le rebond s’est du reste poursuivi en octobre avec une hausse de 6%. Dopé par le doublement du prêt à taux zéro et la loi Scellier, le marché des appartements neufs a particulièrement contribué à cette reprise. 5 980 ventes y ont été enregistrées au troisième trimestre 2009, ce qui représente en rythme annuel un boum de 40%. Les ventes d’appartements anciens ne sont pas en reste même si elles enregistrent une hausse beaucoup moins rythmée (+1.8%, à 25 680 unités). En revanche, les ventes de maisons continuent de décroître avec une baisse de 3.4% à 11 400 ventes, résultat qui recouvre un repli de 7.6% dans le neuf. En ce qui concerne les prix, si la tendance est là aussi baissière, les notaires notent néanmoins un ralentissement. Résultat : le recul s’établit respectivement à -9.5% et à -7.5% pour les maisons et les appartements anciens. À l’inverse, les variations trimestrielles sont toutes en progression et ce, quelque soit le type de bien ou la zone géographique. Ainsi, les appartements affichent 1.4% de hausse dans la capitale, 0.7% en première couronne et 5.8% en deuxième couronne. Côté maisons, les valeurs affichent +0.9% en première couronne et +2.2% en deuxième couronne Ces chiffres en hausse s’expliquent par les fluctuations saisonnières (« l’été a constitué une période de stabilisation ») et surtout, par une offre de logements insuffisante par rapport à « une demande d’accession à la propriété […] potentiellement forte ». Toutefois, ce redressement du marché immobilier n’a encore rien de durable. Tout « dépendra certainement en premier chef de la conjoncture économique générale et de la confiance des ménages », expliquent les notaires. D’autant que le volume actuel des transactions reste inférieur par rapport à leur niveau d’il y a deux ans. Ce faisant, les prix devraient enregistrer sur l’ensemble de l’année 2009 « un rythme moyen de baisse inférieur à 10% », prévision qui devrait recouvrir des disparités tant géographiques qu’en termes de type de logements.

Profitez de notre expertise au meilleur taux, c'est facile et gratuit !

à partir de 0,72%* sur 15 ans

Autres actualités

Guide du crédit

Pour vous aider