Pret immobilier

Comparez gratuitement les taux immo

  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Actualités
  4. IDF : les acquéreurs achètent de plus en plus tard

IDF : les acquéreurs achètent de plus en plus tard

Rédigé par Empruntis le 06/04/2016

IDF : les acquéreurs achètent de plus en plus tard

L’âge de l’accession à la propriété recule pour les Franciliens, malgré une conjoncture particulièrement favorable avec des taux de crédit très bas. En 10 ans, l’âge médian d’un acquéreur de logement ancien a augmenté de 36 à 38 ans lorsqu’il s’agit de l’achat d’un appartement et de 38 à 39 ans lorsqu’il s’agit d’une maison, observe la Chambre des Notaires de Paris dans une note publiée ce lundi.

Les jeunes sont pénalisés

Les moins de 30 ans sont moins nombreux dans la capitale « sans surprise, compte tenu du niveau des prix », constatent-ils. Contrairement aux sexagénaires dont la part a nettement augmenté et représente 15 % des acheteurs à Paris.

Plus on s’éloigne de la Ville Lumière, plus les jeunes sont présents sur le marché bien que leur proportion recule depuis 10 ans. Ils représentent un quart des acquéreurs en grande couronne où les prix sont plus raisonnables. Ils n’achètent plus que 14 % des appartements anciens vendus dans la capitale l'an dernier contre 17 % en 2005; et 19 % en petite couronne contre 25 % dix ans plus tôt. Les sexagénaires sont présents partout : 11 % à 15 % à Paris, 8 % à 11 % en petite couronne et 9 % à 12 % en petite couronne et 9 % à 12 % en grande couronne.

« Ce mouvement d’ensemble tient sans doute aux évolutions démographiques et au vieillissement de la population ainsi qu’aux contraintes économiques, prix immobiliers et marché du travail, qui pénalisent spécifiquement les plus jeunes », analysent les notaires.

Des prix immobiliers stables

Le marché de l’ancien se porte bien en Ile-de-France. Avec des prix stables, l’activité est soutenue « malgré une légère baisse de régime en janvier 2016 ». Fin janvier, l’évolution des prix était très modérée avec de sensibles variations : -0,4 % en Ile-de-France en un an et -1,1 % sur 3 mois.

Pour les prix des maisons le bilan est « très légèrement positif (+0,4 %) » et pour celui des appartements « très légèrement négatif (-0,7 %) ». Bonne nouvelle pour les acquéreurs, la stabilisation des prix devrait se poursuivre au printemps. Dans la capitale, les prix des appartements varie sensiblement autour de 8 000 euros du m2. Celui-ci devrait sensiblement augmenter à 8 030 euros du m2 d’ici fin mai 2016.

Des transactions en hausse

Un marché dynamique en Ile-de-France qui enregistre une progression des transactions de +36 % et de belles augmentations en petite et grande couronne avec +33 % et +22 % respectivement. Le nombre de ventes a même bondi de +29 % sur un an, +30 % pour les appartements et +25 % pour les maisons.

De novembre à janvier, 35 940 logements se sont vendus dans la région. Soit 8 500 à Paris, 12 770 en petite couronne et 14 670 en grande couronne. Des niveaux positifs qui sont « quasiment équivalents à ce que l’on observait pour la période haute », d’avant la crise.

Profitez de notre expertise au meilleur taux, c'est facile et gratuit !

à partir de 0,56%* sur 15 ans

Autres actualités

Guide du crédit

Pour vous aider