1. Accueil
  2. Prêt immobilier
  3. Actualités
  4. Densification urbaine, les Français partagés entre préservation des terres et qualité de vie

Densification urbaine : les Français partagés entre préservation des terres et qualité de vie

Densification urbaine, les Français partagés entre préservation des terres et qualité de vie
Densification urbaine : les Français partagés entre préservation des terres et qualité de vie

Selon un sondage commandé par l'Ordre des géomètres-experts et réalisé par l'institut OpinionWay, les Français expriment un soutien significatif à la densification des villes pour préserver les terres naturelles et agricoles. Cependant, leur adhésion à cette idée est nuancée par des réticences à la construction de nouveaux bâtiments à proximité de leur propre logement. Les résultats révèlent une volonté de compromis si ces constructions s'accompagnent d'une amélioration de leur cadre de vie. 

Meilleur taux immobilier

3,30%sur 15 ans(1) Simuler mon taux

Meilleur taux immobilier

3,45%sur 20 ans(1) Simuler mon taux

Meilleur taux immobilier

3,55%sur 25 ans(1) Simuler mon taux

Taux Empruntis relevés le 22/07/2024

Des espaces naturels en voie de disparition

En France, environ 24 000 hectares de terres naturelles, agricoles et forestières disparaissent chaque année, selon le ministère de la Transition écologique. L'artificialisation des terres est l'une des principales causes de la perte de biodiversité, et pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement s'est fixé l'objectif ambitieux de "zéro artificialisation nette" (ZAN) d'ici 2050. Cette initiative vise à revitaliser le cœur des petites et moyennes villes en densifiant les zones urbaines existantes plutôt qu'en investissant de nouveaux espaces. 

Soutien et réticences : les opinions des sondés

L'étude montre que plus de la moitié des sondés (61 %) déclarent connaître le terme "artificialisation", mais seulement un tiers affirme bien comprendre de quoi il s'agit. Sur le papier, les sondés adhèrent largement à la lutte contre l'artificialisation des terres, avec 81 % se disant favorables à la loi "Climat et Résilience" de 2021 concernant la densification urbaine et l'arrêt des constructions sur les espaces naturels et agricoles. 

Cependant, lorsque le principe doit être appliqué concrètement, les réticences apparaissent. Bien que 73 % des personnes interrogées soutiennent une plus grande densité dans les îlots urbains avec jardins privés, plus de la moitié avoue qu'une nouvelle construction à proximité de leur logement les inciterait à déménager. Malgré cela, 56 % des sondés accepteraient l'ajout d'étages supplémentaires aux bâtiments de leur quartier pour accueillir plus de logements. 

"On voit qu'en matière de sobriété foncière, le passage du principe au concret pose des difficultés. C'est le signe que les oppositions peuvent être assez fortes sur le terrain et se transformer en contestations", analyse Bruno Jeanbart, vice-président d'Opinionway. 

Que veulent les Français ?

Pour comprendre quelles politiques publiques seraient acceptables, il est essentiel de cerner les aspirations des habitants. Selon le sondage, dans un logement, les personnes valorisent le calme et la tranquillité (66 %), la vue et la luminosité (65 %), la présence de verdure (40 %) et de commerces (32 %). Les constructions les plus rejetées seraient celles qui diminuent la luminosité (90 %), celles qui cachent la vue (88 %) et celles offrant une vue directe sur l'habitation ou le jardin (85 %). 

Des conditions non-négociables ?

Pour ceux qui envisagent de déménager, 39 % cherchent un endroit plus calme et moins peuplé. Cependant, beaucoup sont prêts à faire des concessions. Afin de limiter l'utilisation de nouvelles terres agricoles pour l'urbanisation, une majorité se dit prête à loger en zone urbaine, avec une préférence égale pour le centre-ville et la périphérie d'une agglomération (48 %), plutôt que pour le centre-bourg d'une commune rurale (36 %). 

Certaines conditions, telles qu'une plus grande proximité avec la nature et les espaces verts (36 %) et une augmentation des services (29 %), pousseraient les sondés à accepter une augmentation du nombre de logements et de bâtiments dans leur quartier. Comme le précise le site vie-publique.fr, "encourager cette densification implique également, en termes d'acceptabilité sociale, de favoriser la qualité urbaine et un certain retour de la nature dans les villes." 

Profitez de notre expertise au meilleur taux !

à partir de 3,30% sur 15 ans(1)

Autres actualités

Guide du crédit

Pour vous aider