Crédit immobilier : obtenez le meilleur taux

À partir de 0,53 % sur 15 ans*
  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Actualités
  4. Bilan : les prix de l’immobilier parisien victimes de la crise sanitaire

Bilan : les prix de l’immobilier parisien victimes de la crise sanitaire

Bilan : les prix de l’immobilier parisien victimes de la crise sanitaire
Bilan : les prix de l’immobilier parisien victimes de la crise sanitaire

Le désamour pour la capitale après l’épreuve des confinements successifs ne se dément pas d’après l’indice des prix MeilleursAgents - Les Échos de juin. Les tarifs continuent de reculer à Paris intra-muros, tandis qu’ils augmentent dans le même temps en petite et grande couronnes. Les taux bas du crédit immobilier contribuent même à modifier les plans des acheteurs et des investisseurs. 

Rééquilibrage en cours en Ile-de-France

Mois après mois, l’immobilier parisien s’affirme un peu plus comme le seul vrai perdant de la Covid-19. La capitale est la victime de la crise sanitaire. L’exode urbain qui a lieu depuis plus d’un an se fait au détriment de la ville Lumière ! Les parisiens rêvent d’espace extérieur. Les familles n’hésitent plus à franchir le périphérique pour se loger en petite ou grande couronne afin d’y trouver des appartements ou des maisons avec davantage de surface.

Conséquences en juin : les prix ont baissé de 2,2% sur un an à Paris, alors qu’ils ont bondi dans le même temps de près de 5% en Seine-et-Marne et dans le Val-d’Oise, et de près de 4% dans l’Essonne et la Seine-Saint-Denis. Il faut dire que les tarifs y sont bien plus abordables : 3 125€/m² en moyenne pour une maison dans le 95. Un pavillon de 110 m² avec terrain représente donc 370 000€ frais de notaire inclus. Pour un ménage disposant d’un apport personnel de 50 000€, il restera à souscrire un crédit immobilier de 320 000€, ce qui se traduira par des mensualités de 1 250€ hors assurance sur 25 ans avec un taux de 1,30%. Pour ce budget, cela correspond à un petit 2 pièces dans la capitale. 

Paris perd des résidents permanents

Avec les taux bas du crédit immobilier, la demande évolue en région parisienne. Près d’un logement sur trois acheté dans la capitale est un investissement locatif, du jamais vu d’après l’indice Meilleurs Agents - Les Échos ! Dans le même temps, les résidences secondaires ont progressé de 30% à Paris, ce qui confirme un changement de comportement des acquéreurs. Si leur domicile parisien était autrefois leur résidence principale, ils se contentent désormais d’une petite surface pour une présence en restreinte dans la capitale, préférant le confort d’une maison en périphérie voire en région.

Profitez de notre expertise au meilleur taux !

à partir de 0,53%* sur 15 ans

Autres actualités

Guide du crédit

Pour vous aider