Pret immobilier

Comparez gratuitement les taux immo

  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Meilleur taux credit immobilier
  4. Meilleurs taux immobiliers nationaux 2018

Les meilleurs taux immobiliers nationaux en 2018

Après un début d'année attentiste, les banques n'ont pas hésité en 20118 à baisser leurs taux de crédit immobilier et surtout à pratiquer de nombreuses décotes. En cause, un marché ralenti et un retard sur objectifs à combler. Les emprunteurs ont pu profiter de conditions favorables toute l'année.

Suivre l'évolution des taux bancaires en 2018 : nos analyses

Chaque mois, Empruntis décrypte l'évolution des taux immobiliers. Nos analyses portent sur les taux nationaux, mais aussi régionaux. Nous mettons ainsi notre baromètre à jour mensuellement, prenant en compte les mouvements des barèmes bancaires de nos banques partenaires.

Ceci nous permet d'observer les mouvements sur toutes les durées et toutes les régions. A noter : le taux prêt immobilier dépend également du profil de l'emprunteur, de son projet et du montant qu'il souhaite emprunter sur une durée en particulier.

Plus la durée est courte, moins le taux de crédit à l'habitat est élevé. Plus la durée est longue, plus les taux augmentent. Le choix de cette durée est lié à la capacité à rembourser le prêt immobilier.

Que retenir du taux immobilier national de l'année 2018

Le premier trimestre des taux nationaux, entre attentisme et baisses

Début 2018, les banques « font le guet », et sont donc dans un certain attentisme. Aussi, on observe peu de mouvements en janvier, et notre baromètre reste similaire à celui de décembre 2017. Seuls 3 taux évoluent : le taux immobilier pour les meilleurs profils (taux mini) sur 10 ans, en baisse de 4 centimes, le taux immobilier moyen, en hausse de 5 centimes et celui sur 25 ans, en recul de 5 centimes. Les banques attendent de voir l'évolution la demande suite aux nouvelles conditions du marché concernant le PTZ et les APL accession, et selon le prix de l'immobilier.

Il faut attendre février pour voir les premiers mouvements et donc une modification de notre baromètre. Des mouvements favorables aux emprunteurs puisque plusieurs taux baissent. Du côté des meilleurs taux, 4 durées affichent des diminutions : 15, 20, 25 et 30 ans. Les taux immobiliers moyens quant à eux reculent de 5 centimes sur les durées les plus courtes, les durées 15, 20 et 25 ans demeurant stables et le taux sur 30 ans grimpant de 20 centimes. Un mois plutôt favorable donc, durant lequel les banques pratiquent des décotes sur certains profils qu'elles souhaitent attirer.

Quelques nouveaux barèmes sont reçus en mars, certains à la hausse, d'autres à la baisse. La tendance est alors à la convergence entre les taux immobiliers minis et moyens, l'écart se contractant. Le meilleur taux sur 15 ans n'affiche ainsi que 45 centimes de différence avec le taux moyen.

Un printemps de l'immobilier tardif

En avril, seul un petit nombre de banques fournit de nouveaux barèmes : les banques poursuivent leurs efforts et affichent des taux immobiliers attractifs. Ce qui est nécessaire, en raison de la baisse en matière de demandes de financement. Une demande qui a fléchi tous projets confondus de 16 % au premier trimestre 2018, par rapport au premier trimestre 2017 selon nos données Empruntis. Pas de printemps de l'immobilier à l'horizon ! Pour certaines banques, cela se traduit même par une baisse de volume supérieure à 20 %.

Après un hiver rigoureux pour les banques, celles-ci sont encore loin de leurs objectifs en avril 2018. En mai, on assiste donc à des décotes de plus en plus spectaculaires, les établissements bancaires se fixant des objectifs ambitieux, et accusant un certain retard. En mai 2018, on peut emprunter hors négociation entre 0,95 % et 1,45 % sur 15 ans, et à un taux immobilier compris entre 1,12 % et 1,65 % sur 20 ans. Des valeurs équivalentes à début 2017, avant la légère vague de hausses.

Le mois de juin s'annonce comme celui de la stabilité, avant la pause estivale. Et si les barèmes n'évoluent pas vraiment, les emprunteurs peuvent néanmoins toujours compter avec les fameuses décotes, fréquentes. Des baisses allant jusqu'à 40 ou 50 centimes. Et c'est à ce moment de l'année que l'on constate une légère reprise de la demande de financement, annonçant le printemps de l'immobilier tant attendu. En avril et en mai, la demande de financement de résidence principale est en augmentation de 57 % par rapport à mars et de 6 % en mai par rapport au mois d'avril.

Des taux durablement bas au 3ème trimestre

En juillet 2018, statu quo sur le taux prêt immobilier. Les taux sur 15 ans sont alors compris entre 0,96 % et 1,40 %. Ceux sur 20 ans, entre 1,12 % et 1,65 % : des taux immobiliers ressemblant à s'y méprendre à ceux de l'été 2016. Et les banques d'assouplir leurs critères afin de poursuivre leurs objectifs : une banque nationale propose ainsi des crédits couvrant 100 % du financement de l'acquisition, les frais liés à l'achat étant financés avec l'apport personnel. Nous observons une augmentation de 2 % de la demande financement au 2ème trimestre 2018 par rapport à celui de 2017.

En août, des taux toujours très bas, quasi similaires à ceux connus à l'automne 2016. A titre de comparaison, le meilleur taux sur 10 ans est de 1,12 % contre 1,08 % en octobre 2016. Les banques peinent à rattraper leur retard, pas de hausse de taux comme c'est l'usage en été, donc.

Une stagnation qui se poursuit à la rentrée de septembre 2018, aucun indicateur financier n'annonçant de hausse future. Une chance incroyable pour les emprunteurs. De plus, les banques peinent toujours à réaliser leurs objectifs, ce qui n'est pas habituellement le cas en cette période de l'année. Le mois de septembre étant l'un des derniers permettant leur réalisation, les emprunteurs ont pu mettre en concurrence la quasi-totalité des banques.

Une fin d'année sur la même tendance

Les banques restent conquérantes en cette fin d'année. Quelques-unes d'entre elles présentent en octobre 2018 des taux immobiliers à la baisse pour les profils à hauts revenus, et affichent une stabilité ou quelques hausses pour les profils dits « moyens ». Pour autant, les décotes sont toujours accessibles, et pas uniquement aux profils « premium ».

Les établissements bancaires sont restés conquérants jusqu'au bout et les taux du crédit à l'habitat sont restés bas, y compris en novembre. Pas de resserrement des critères bancaires à l'horizon non plus. Si certaines relèvent légèrement leur taux, c'est parce qu'elles ont réalisé leurs objectifs.

Les taux sont restés bas y compris en décembre. Certaines banques ont même tenté quelques baisses : celles qui ont anticipé le début d'année 2019 !

Qu'attendre des taux immobiliers en 2019 ?

2019 s'annonce comme une année de transition bien plus marquée que l'année 2018. Les objectifs des banques ne changent pas : ils demeurent élevés. Début janvier 2019, on peut observer que les OAT 10 ans stagnent voire sont en légère baisse. Rien n'indique une remontée prochaine des taux de crédit immobilier.

La tendance est plus à la complexification des barèmes bancaires : les banques ont pratiqué de nombreuses décotes en 2018, en 2019 les décotes sont aussi au rendez-vous pour les profils qu'elles souhaitent attirer.

D'où l'intérêt de comparer les offres et de faire le tour des banques, d'où l'intérêt aussi de se tourner vers un courtier en crédit immobilier, afin de gagner du temps dans la recherche du meilleur taux et des meilleures conditions et afin d'obtenir un crédit immobilier sur-mesure, en fonction de son profil et de son projet.

Taux immobilier 2018 par mois

Profitez du meilleur taux en quelques clics, c'est facile et gratuit !

à partir de 0,64%* sur 15 ans

Pour vous aider