Credit consommation

Comparez facilement les taux !

  1. Accueil
  2. Credit a la consommation
  3. Actualités
  4. Crédit et obsèques : 3 dépenses à ne pas omettre après le décès d'un proche

Crédit et obsèques : 3 dépenses à ne pas omettre après le décès d'un proche

Rédigé par Empruntis le 11/11/2017

Crédit et obsèques : 3 dépenses à ne pas omettre après le décès d'un proche

Lors du décès d’un proche, le chagrin est difficile à surmonter. La litanie de détails administratifs pour l’enterrement ou l’incinération est une épreuve supplémentaire dont on se passerait bien en pareilles circonstances.

Mais le dernier hommage au défunt est un temps fort pour la famille afin de faire le deuil de la disparition : il peut être financé par un prêt personnel afin de faire face aux nombreuses dépenses inhérentes à ce moment douloureux. Il prendra certainement l'appellation de "crédit obsèque".

1. Evaluer le prix du mode de sépulture choisi

En apparence moins coûteuse, la crémation peut parfois revenir plus chère qu’une inhumation. Ainsi, selon UFC-Que Choisir, en 2017, le prix moyen d'une inhumation en France est de 3 350 euros contre 3609 euros pour une crémation.

Le prix de l’inhumation varie selon une donnée importante : si on l'intègre un caveau familial, elle sera moins coûteuse que si l’on doit payer une parcelle pour être enterré seul. Concernant la crémation, la dispersion des cendres coûte en moyenne 500 euros si elle a lieu dans un columbarium.

Mais il est également possible aux proches d’emporter l’urne avec eux pour disperser les cendres dans la nature à certaines conditions : il est interdit de le faire dans un jardin -qu’il soit privé ou public-, un champ ou encore un cours d’eau. Là aussi, certaines familles disposent de caveau ou l’urne peut être déposée sans problème.

2. Financer les démarches obligatoires

Certaines démarches sont inévitables lors d’un enterrement : il est ainsi obligatoire de déposer le corps de la personne décédée dans un cercueil. Les prix vont de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers.

La loi est stricte quant à certains critères : le cercueil doit obligatoirement mesurer 22 millimètres d’épaisseur, être étanche, doté d’une plaque d’identification et de quatre poignées. Le transport du corps après la mise en bière est également une dépense nécessaire, tout comme le corbillard. Il faut par ailleurs régler une redevance de crémation ou taxe d’inhumation et les scellés de police.

3. Etudier son budget pour des options facultatives

Une fois que le cercueil, le tombeau et les différentes démarches sont réglés, beaucoup de familles décident d’organiser une cérémonie avant l’enterrement : celle-ci à un coût qui varie selon les lieux de cultes. Et pour embellir cette cérémonie, il est d’usage de disposer des fleurs ou des cierges puis de graver une plaque souvenir sur la pierre tombale. Afin d’annoncer le décès de leur proche, certains choisissent aussi de publier une petite annonce dans un ou des journaux : le prix est fixé en fonction du nombre de signes.

Enfin, en attendant cette cérémonie, on choisit en général de laisser le défunt dans une chambre funéraire puis de lui prodiguer des soins avant la mise en bière. Tout cela a également un coût variable en fonction des entreprises de pompes funèbres.

Trouvez votre prêt conso au meilleur taux !

à partir de 0,50%* sur 12 mois

Autres actualités

Autour du crédit à la consommation

Pour vous aider