Assurance pret immobilier

Comparaison gratuite et sans engagement

  1. Accueil
  2. Assurance pret immobilier
  3. Actualités
  4. Invalidité permanente : totale ou partielle, quelles différences ?

Invalidité permanente : totale ou partielle, quelles différences ?

Invalidité permanente : totale ou partielle, quelles différences ?

Rédigé par Empruntis le 08/08/2018

L’assurance emprunteur, incontournable lors de la souscription d’un crédit immobilier, comporte des garanties obligatoires (décès, perte totale et irréversible d’autonomie) et d’autres qui sont facultatives, dont l’invalidité permanente totale (IPT) et l’incapacité temporaire de travail (ITT). Que couvrent-elles ? En quoi diffèrent-elles ?

 Une échelle dans la perte d’autonomie

La garantie perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) est imposée dans l’assurance de prêt immobilier, qu’il s’agisse de l’achat d’une résidence principale ou secondaire ou d’un investissement locatif. Cette garantie couvre en effet les pertes de revenus en cas de souci de santé causant une perte d’autonomie, qui se manifeste par la nécessité de faire intervenir un tiers pour au moins trois actes de la vie quotidienne (se nourrir, s’habiller et se laver par exemple). Les garanties IPT et IPP correspondent à d’autres niveaux de risques, en fonction du niveau d’invalidité déterminé par le médecin, lorsque l’état de santé de l’assuré est considéré comme définitif :

  • si le taux d’invalidité est supérieur à 66%, l’invalidité est considérée comme totale (IPT)

  • si le taux d’invalidité se situe entre 33 et 65%, il s’agit d’une invalidité partielle (IPP) 

  • une invalidité inférieure à 33% ne donne droit à aucune aide

Dans les deux cas activant la garantie correspondant, la banque prend le relais du souscripteur pour rembourser le crédit assuré, car l’invalidité l’empêche d’exercer toute activité.

 Quelles sont les différences entre IPP et IPT ?

Il est important de savoir lors de la souscription d’une assurance de prêt qu’il existe une grande différence entre IPT et IPP. Celle-ci concerne les échéances prises en charge par l’organisme. L’assureur emprunteur va :

  • prendre en charge partiellement – uniquement – une partie des mensualités de l’emprunt pour l’IPP. La proportion sera calculée en fonction des revenus que l’assuré perçoit.
  • prendre en charge la totalité des mensualités restantes et ce jusqu’à la fin du prêt pour l’IPT, dans la limite de la quotité de l'assuré si le prêt a été effectué avec un co-emprunteur.

Il est donc important de vous renseigner auprès de votre courtier en assurance de prêt immobilier afin de faire le bon choix. Notamment pour connaître les exclusions de garantie (métiers à risques, activités dangereuses, etc.).

Trouvez la meilleure assurance de prêt, c'est facile et gratuit !

Autres actualités