Assurance pret immobilier

Comparaison gratuite et sans engagement

  1. Accueil
  2. Assurance pret immobilier
  3. Actualités
  4. Assurance prêt :pourquoi les Français ne vont pas voir ailleurs?

Assurance prêt :pourquoi les Français ne vont pas voir ailleurs?

Rédigé par Empruntis le 04/09/2013

Assurance prêt :pourquoi les Français ne vont pas voir ailleurs?

La loi Lagarde a fêté son troisième anniversaire dimanche dernier. Parmi ses mesures figurait la distinction assureur-créancier. Depuis maintenant trois ans, toute personne demandant un emprunt peut donc  garantir son prêt via une autre société que son organisme de crédit.

Aujourd’hui l’heure est au bilan et l’association de consommateurs UFC-Que Choisir dresse un tableau plutôt négatif des impacts de cette disposition. Alors qu’elle était censée faire jouer la concurrence, baisser les prix et améliorer la qualité des assurances emprunteurs il semblerait que ce soit exactement l’inverse qui se produise.

L’assurance-emprunteur : une étape de plus en plus incontournable en crédit immo

Pour rappel, l’assurance emprunteur garantit le paiement des mensualités au cas où le consommateur ne puisse plus les payer suite à un accident de la vie. Aujourd’hui, si elle n’est pas à proprement obligatoire elle l’est dans les faits pour les crédits impliquant de grosses sommes à commencer par les crédits immobiliers.
« Si l’assurance emprunteur n’est pas légalement obligatoire pour souscrire un crédit immobilier, il est aujourd’hui, à moins de faire jouer une sûreté (hypothèque…), impossible de souscrire un crédit immobilier sans assurance emprunteur » constate ainsi l’UFC que Choisir au début de son étude.

Le crédit immobilier est donc le premier concerné par l’assurance emprunteur : en 2011, 5,7 milliards d’euros des cotisations lui étaient destinés quand seulement 1,9 milliard l'étaient à des crédits conso. Et cette répartition n'est pas prête de changer l’étude  soulignant à propos du crédit immobilier que « ce poste a augmenté un peu plus fortement : +26,7% en 5 ans ».

 

2007

2009

2011

Cotisations assurance des crédits immo (en milliards d’euros)

4,5

4,9

5,7

Cotisation assurance des crédits conso (en milliards d’euros)

1,5

2,0

1,9

Total

6

6,9

7,6

Sources UFC-Que Choisir d’après chiffres FFSA

¼ du montant total du crédit

Non seulement l’assurance emprunteur tend à être de plus en plus incontournable pour obtenir un  crédit, mais sa part dans le coût total de l’emprunt augmente également.

« Cette part est en forte croissance depuis 5 ans, principalement du fait de la baisse du coût du crédit, note ainsi l’association UFC Que Choisir, la plupart des acteurs du secteur s’accordent à dire que l’assurance emprunteur représente environ 25% du coût total du crédit ». En 2008, elle ne correspondait qu’à 19% du montant total.
 

La part des alternatifs en diminution

En permettant au consommateur de faire appel à un assureur « alternatif », l’un des buts de la loi Lagarde était de faire jouer la concurrence en incluant les établissements non banquiers. Jusque là, en effet,  l’assurance allant de pair avec le crédit, seules les banques proposaient des assurances emprunteurs.

Pourtant, trois ans après rien n’a changé et les trois premiers vendeurs de crédit sont aussi ceux qui se partagent plus de la moitié des cotisations versées en assurance emprunteur. La part de marché des alternatifs dans la vente d'assurance emprunteur immobilier a même diminué passant de 20% en 2009 à 14% en 2011

 Comment protéger l’emprunteur ?

Trois ans après son entrée en vigueur la loi Lagarde ne rencontre donc pas les effets escomptés : la concurrence a toujours du mal à se mettre en place et de fait les prix ne baissent pas et la qualité des contrats en pâtit.

 L’association ne reste cependant pas sur ce constat négatif et si, pour le moment « seule l’intervention des courtiers en crédits, disposant d’un pouvoir de négociation avec les banques, semble faciliter la souscription d’une assurance emprunteur déléguée », elle mise sur la législation à venir.

L’UFC Que Choisir attend ainsi beaucoup de la loi bancaire 2013 en cours d’adoption au Parlement et qui devrait notamment  interdire aux banques de facturer des frais au titre de l’analyse d’un contrat alternatif. Enfin, il est possible que la future loi  Hamon inclue un amendement sur la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur.

Le parlement devant reprendre ces débats à la rentrée, un début de réponse pourrait arriver dans les mois voire les semaines à venir. D'ici là n'hésitez pas à comparer les offres d'assurance crédit et faire jouer la concurrence. En tant que courtier, Empruntis peut vous aider dans ces démarches et négocier pour vous les tarifs. 

 

 

Trouvez la meilleure assurance de prêt, c'est facile et gratuit !

Autres actualités